Disparition d’un journaliste en Turquie : Donald Trump demande des explications aux saoudiens

Disparition d’un journaliste en Turquie : Donald Trump demande des explications aux saoudiensPhoto : Spencer Platt/Getty Images

Aux Etats-Unis, le président Trump assure suivre avec attention l'évolution de la situation concernant la disparition du journaliste Jamal Khashoggi.

Affaire Khashoggi : comme l’Allemagne, la France annonce des sanctions

La disparition du journaliste saoudien exilé aux États-Unis, Jamal Kashoggi continue d’agiter les médias et les politiques. Récemment, le président américain Donald Trump a confirmé avoir abordé le sujet avec des hauts responsables saoudiens, l’idée étant de faire la lumière sur cette affaire .Dans les faits, Kashoggi s’est rendu au consulat saoudien d’Istanbul en vue d’y obtenir des papiers afin de faciliter et accélérer les préparatifs de son mariage.

Donald Trump travaille actuellement avec la Turquie

Problème ? Il ne ressortira jamais du consulat. Très vite, sa compagne donne l’alerte et des rumeurs commencent à faire leur apparition. Selon l’un de ses proches amis, Khashoggi aurait même été démembré à l’intérieur du consulat ! Se gardant de tirer des conclusions hâtives et d’accuser l’allié Saoudien, Donald Trump a tout de même assuré travailler en étroite collaboration avec la Turquie dans le but de faire toute la lumière sur cette affaire. Car oui, les États-Unis sont directement concernés par ce qui ressemble de plus en plus à un enlèvement forcé.

La raison ? Kashoggi, en plus de vivre aux États-Unis, travaille avec le Washington Post. Résultat, c’est à ce titre que certains sénateurs ont activé une loi obligeant le président américain à faire un rapport complet sur le sujet, d’ici à 120 jours. Si ce rapport tend à prouver qu’une personne s’est rendue coupable d’une exécution, d’un acte de torture ou d’un enlèvement sur une personne résidant aux États-Unis, alors le coupable pourra être visé par des sanctions.

Une brouille possible avec l’allié saoudien ?

D’autres en revanche, semblent moins mesurés dans leur propos. C’est notamment le cas de Bob Corker, le président de la commission des Affaires étrangères du Sénat, qui a assuré avoir eu en mains de nouvelles informations qui laissent peu de place au doute. Ainsi, selon lui, Khashoggi se serait bel et bien fait assassiner dans le consulat. 

Résultat ? « Les Saoudiens vont devoir s’en expliquer ». Un scandale qui pourrait aller encore plus loin puisque selon le Washington Post, le gouvernement américain aurait été au fait d’une tentative d’enlèvement, mais n’aurait rien fait.

 Des accusations balayées d’un revers de la main par l’exécutif qui assure n’avoir jamais entendu parler à l’avance de potentielles menaces concernant la sécurité du journaliste.

Turquie : l’Arabie Saoudite accusée d’avoir fait tuer et démembrer un journaliste

Commentaires

Commentaires du site 0