Annoncée il y a de cela quelques mois, la réconciliation entre l’ancien chef de l’Etat Thomas Boni Yayi et l’ancien ministre et ancien député Candide Azannai peine à se concrétiser.

 Surtout au moment où les partis de l’opposition clament de se présenter autour d’un grand regroupement lors des législatives de 2019. Ce serait une grave imprudence pour l’opposition que de négliger la poursuite et l’aboutissement de ce processus de réconciliation.

Ce sont les cadres du parti des forces cauris pour un Bénin émergent qui l’avaient annoncé devant la presse, il y a de cela trois mois environ. Ils évoquaient des avancées considérables du processus de réconciliation de ces deux grands acteurs politiques. A l’ occasion, ces cadres des Fcbe parmi lesquels le secrétaire exécutif, l’ He Valentin Djènontin, rassuraient l’opinion de l’imminence d’une rencontre publique entre Yayi et Azannai qui sera la preuve que les deux anciens ennemis politiques ont enterrés la hache de guerre. Il a fallu le passage de l’ He Guy Mitokpè, par ailleurs secrétaire général du parti Restaurer l’espoir, au programme du journal, l’Evénement précis pour que l’opinion soit informée du blocage de ce processus de réconciliation. Lequel serait l’œuvre de certains acteurs de l’opposition.

Cette dénonciation du Sg du parti restaurer l’espoir mérite sans prendre parti, de constituer un matériau de compréhension de l’arrêt de ce processus. Il est clair et évident que du moment où l’annonce à été faite à ce jour, plus rien n’a filtré de la suite des négociations. Pourtant l’opposition apprend-on, entend aller aux élections législatives de 2019 autour d’un seul et grand regroupement. Une liste de formations politiques ayant clairement déclaré leur accord à été publié. C’est donc l’occasion idoine pour faire accélérer le processus de réconciliation entre Yayi et Azannai. Ce la devrait permettre au parti restaurer l espoir de rallier ce regroupement. Puisque le dépité Guy Mitokpè a évolué à l’ Assemblée nationale sans relâche aux côtés de ses collègues de la minorité parlementaire. Ce serait une suite logique que tous se retrouvent au sein d’un même regroupement politique dans le cadre de la conquête de la 7e législature.

Au surplus, nul ne devrait négliger ni sous-estimer l’influence et le poids politique de Candide Azannai. Ce sont des acquis que l’opposition doit avoir dans son camp et non de laisser dans la dispersion. La réconciliation entre ces deux acteurs est possible comme l’a été celle entre les deux anciens chefs d’Etat, Nicephore Soglo et Boni Yayi. Nul n’ignore que leurs rapports dans le passé étaient tendus, mais face à l’intérêt général, ces deux hommes d’Etat ont su surmonter leurs dissensions. Ils se côtoient désormais comme co-coordonnateurs de la coalition pour la défense de démocratie, Cdd. De même, le président Boni Yayi et Candide Azannai peuvent fumer le calumet de la paix si tant est qu’ils sont tous mus du désir de se mettre au service du peuple et de fédérer leurs stratégies pour aller à l’assaut de la huitième législature. Aux médiateurs donc de reprendre les démarches pour que cette réconciliation devienne concrète. surtout si l’ objectif de l’ opposition voire de toute l’opposition demeure de se mette ensemble pour l intérêt du peuple béninois.

8 Commentaires

  1. Si je peux me permettre de lancer une idée..en direction des députés de la minorité,des activistes sociaux..et de l’opposition….c’est de demander..un audit…aux grandes puissances,à la banque mondial,aux fmi,et aux investisseurs internationnaux….sur ce que les rupturiens ont faits..de tous les budgets votés depuis leurs arrivées…et des prets…faits au nom du peuple beninois..

    Qu’un ultimatum d’un mois…une date butoir…pour nous dire..à quoi a servi tout ce blé…

    Je vous jure…qu’ils vont tous fuir en une nuit…..

    • L’audit aura bien lieu dès la prise du contrôle du parlement par L’opposition. Et là, l’ampleur du pillage de nos maigres ressources sous Patrice Talon sera au grand jour.

      Un second mandat de Patrice Talon va arrierer de 20 ans au moins notre pays.

      Que le peuple se mobilise pour que dès 2019, les choses puissent changer.

  2. Azannai est un piètre politique !!!

    Regardez son parcours, de Soglo à Yayi à Talon il ne s’est senti bien nul part.

    Le pire, c’est qu’il a fait Talon.
    Au moment où tout le monde disait que Talon est mauvais et n’est pas digne d’être Président au Bénin, a t il entendu les critiques ???

    Oui, il a tout entendu et sait très bien que tout ce qu’on disait est juste. Mais pourtant, il a oeuvré pour l’arrivée de Talon.

    Cet homme doit aller à la retraite. Quand on a échoué on se range.

  3. j’aime azanai..du point de veu ethique et de courage..politique..en plus d’etre un battant

    Ceci étant dit..sa versatilité,son franc parlé,son inconstance dans ses alliances…surtout son génie..de toujours se faché,et de finie en queue de poisson ses amitiés….

    Dis je lui réclament des comptes..

    Cette réputation…a fini..par l’avoir puisque donc talon..n’est ni soglo,ni yayi….

    Cette loi..est taillée..entre autres pour lui..

    Connaissant yayi…ce dernier..ne sauvera pas..azanai…politiquement..c’est une question d’honneur pour lui..

    Et azanai a été pour quelque chose…dans l’échec de zinsou..avec les conséquences…que l’on vit

    Et qui vous dit…sauvé..azanai ne recommencera plus…

    C’est un coutumier des faits..et il n’est plus crédible nulle…part

    250 briques…de caution,10% des suffrage…et meme 15 membres pas communes..me paraissent impossibles pour lui

  4. Qui a bu boira 
    Azannai n’est pas crédible 
    S’associer à Azannai c’est comme voir le scorpion 🦂 dans l’eau et tenter de le sauver de la noyade .
    Hors de l’eau il va vous piquer et se défendre que c’est sa nature .

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom