Le Kremlin déclarait ce jeudi ouvrir une enquête nationale sur les diffusions de la chaine internationale britannique, BBC. La raison évoquée par Moscow serait, que BBC se serait faite le relais de la propagande de l’Etat Islamique.Le Roskomnadzor, le Service fédéral de supervision des communications, des technologies de l’information et des médias de masse en Russie ; dans son communiqué ce jeudi, rapporté par la presse internationale, aurait déclaré ; « On vérifie actuellement si les sites Internet de la BBC sont conformes à la loi russe. À ce jour, des documents ont été mis au jour qui transmettent les principes idéologiques d’un groupe terroriste ». 

Des accusations plutôt surprenantes puisque l’organe de presse britannique diffuserait en Russie depuis maintenant plus d’une décennie.

Mais selon les médias, cette charge administrative de l’organe de régulation est à rechercher dans la crise politique entre Moscou et Londres au sujet de l’affaire des empoisonnements ‘’Salisbury Novichok’’.

BBC, une chaîne djihadiste selon Moscou

Les raisons évoquées par le régulateur russe, seraient que la BBC en langue russe aurait commis l’impair de diffuser des messages de propagandes de Abu Bakr al-Baghdadi, leader de l’Etat Islamique ; ou du moins aurait omis de signifier à chaque fois qu’il était possible, que Abu Bakr al-Baghdadi et son groupe terroriste étaient interdits en Russie et ce, en violation de la législation anti-terroriste du pays. Aussi s’il s’avérait que BBC se serait rendu coupable de ‘’relais terroriste’’, des sanctions seraient donc prises à son encontre, peut-être aussi importantes ou sinon plus que celles que OFCom’s voudraient infliger à RT.

Des accusations en représailles

Selon la presse internationale, les ennuis de la BBC débutèrent seulement quelques heures après que OfCom’s, le Roskomnadzor britannique ait annoncé que ‘’Russia Today’’ un organe public d’information international russe pourrait être sujet à des sanctions parce RT aurait délibérément fait preuve de non neutralité dans l’affaire ’Salisbury Novichok’’.

Aussi pour faire bonne mesure, le kremlin, aurait-il délibérément choisi de chercher des poux à la BBC, selon Maria Zakharova, porte parole du ministère des affaires étrangères, « l’ingérence grossière du gouvernement britannique dans le travail des médias russes (la propagande visant RT, les tentatives de diffamation envers nos journalistes, etc.) ne nous laisse pas d’autre choix que de répondre de la même manière » même si elle reconnaissait que « les correspondants de la BBC, dont beaucoup sont de vrais professionnels(…) assument honnêtement leur devoir journalistique »

Les relations entre la Russie et le Royaume-Uni se seraient durcies après qu’il ait été découvert que l’ancien agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Yulia aient perdu la vie dans la ville anglaise de Salisbury des suites de l’utilisation d’un agent neurotoxique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire