Une mesure qui, si elle faisait l’unanimité, ne semble finalement pas satisfaire les contribuables américains, autant que prévu. En effet, il y a quelques mois, Trump assurait avoir fait voter « la plus grosse réduction d’impôts de l’histoire », problème, les remboursements annoncés ne sont finalement pas aussi importants que prévus.

Très vite, les internautes se sont d’ailleurs mobilisés en masse sur les réseaux sociaux, via Twitter notamment où le hashtag #GOPTaxscam (“#arnaquefiscaleduPartiRépublicain“) a très vite surgi. Certains électeurs ont d’ailleurs très mal pris cette promesse, assurant qu’il s’agissait du pire remboursement d’impôts vu en l’espace d’une dizaine d’années. « Il vient officiellement de perdre ma voix pour 2020 », lance d’ailleurs une électrice agacée.

L’administration Trump, pointée du doigt pour sa réforme

Aux États-Unis, l’impôt est prélevé directement à la source. Toutefois, les contribuables aiment déclarer moins de parts ou de déductions, entrainant de fait une rémunération mensuelle légèrement moins importante, mais surtout, une somme de trop-perçu à la fin de l’année. Résultat, cette plus-value est reversée entre les mois de février et d’avril de l’année suivante. Une sorte de salaire en plus, toujours bien accueilli par les citoyens qui, cette fois-ci, semblent l’avoir mauvaise.

Interrogé à ce sujet, Mark Mazur, ancien secrétaire adjoint au Trésor sous Obama, a accepté de revenir sur cette loi votée en 2017. Selon lui, le remboursement est certes moindre que ce qui était attendu, toutefois, les gens ont tendance à confondre cela avec la somme dont ils sont redevables. « Certains ont, dans un sens, déjà touché leur réduction d’impôts sous forme d’une augmentation sur leur fiche de paie », une augmentation qu’ils sont nombreux à ne pas avoir réellement remarqué. Dans les chiffres, l’augmentation moyenne a effectivement baissé de 8,4% par rapport à l’an dernier, à 1.865 dollars de moyenne, contre 2.035 lors du précédent exercice.

Le Trésor invite à ‘attendre’

Neil Frankel, comptable fiscal à New York, a d’ailleurs perçu cette baisse dans les relations qu’il entretient avec ses clients. « Les gens sont en colère, déçus, se sentent trahis », a-t-il ainsi confirmé, assurant avoir très souvent des discussions qui dérivent sur le gouvernement américain et cette réforme. De son côté, le Trésor appelle à la retenue, assurant qu’il était encore beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions sur ce « refund », puisque 10%  seulement des contribuables ont été remboursés à ce jour.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom