Au Bénin, l’opposition demande un report des élections législatives d’avril prochain. Certains leaders de la mouvance ne l’entendent pas de cette oreille. Ce débat se déroule alors que le pays est en plein dans une impasse électorale. Pour en sortir, le professeur Moïse Lalèyè a récemment proposé qu’on aille aux législatives avec les anciennes lois électorales. Martin Assogba de l’Ong Alcrer n’est pas d’avis.

« Jeter le bébé avec l’eau du bain »

Joint au téléphone par la radio nationale, il n’accepte pas qu’on rejette la nouvelle charte des partis politiques de même que le nouveau code électoral. C’est une façon de « jeter le bébé avec l’eau du bain » s’exclame-t-il. Pour lui, il faut plutôt rendre flexible les articles « qui posent problème » dans ces nouvelles lois. En procédant ainsi on peut bel et bien se rendre aux élections avec ces nouveaux textes, argumente t-il.

Ses propositions ne sont que celles formulées par ses confrères de la société civile fait-il savoir. « Nous appelons l’attention des uns et des autres, c’est à dire la mouvance et l’opposition, à  tout faire pour s’accorder afin que tout le monde puisse aller à ces  élections avec les nouvelles lois mais revues et assez flexibles, compréhensibles pour tout le monde pour que nous puissions aller aux élections dans la paix, dans la quiétude et dans la transparence » a déclaré Martin Assogba.

3 Commentaires

  1. On aura tout vu au bénin ; un ” deuguard ” de talon qui se croit un génial , érudit , grand connaisseur en tout , mais en rien en définitif , un Martin assogba , frigoriste de son état , qui s’ėrige en professeur de droit et de sociologie et même d’économie 😠😠😠

    • Malheur à ceux qui vont remettre leurs frigos..à réparer…à celui là…!!!!

      Peut etre les frigo à pétrole de agadjavi,allomann, christelle monwé,patriote fido,et vive….

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire