La marche de protestation initiée par le parti Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE), contre l’exclusion des partis politiques de l’opposition du processus électoral des législatives de 2019 au Bénin, a eu lieu dans la matinée de ce lundi 11 mars 2019 dans la ville de Cotonou. Elle a enregistré une forte présente de plusieurs partis politiques et couches sociales.

Annoncée pour être une marche des FCBE, elle a été une manifestation de toute la classe politique de l’opposition. Des militants de l’Union sociale libérale (USL), Renaissance du Bénin (RB), Restaurer l’espoir (RE), Parti pour la libération du peuple (PLP) et du Parti communiste du Bénin (PCB) se sont joints tôt ce matin aux cauris verts, sur l’esplanade du stade de l’amitié Général Mathieu Kérékou de Cotonou. Ceux du Dynamique unitaire pour la démocratie et le développement (DUD) aussi. Egalement, les syndicalistes.

Au-delà des législatives

Dès 10 heures, ils ont marché pour rejoindre l’Etoile rouge en passant par le carrefour Vêdoko. Avec des pancartes, des branchages, des instruments de sonorisations ou juste la voix naturelle, chacun s’est donné les moyens et trouver ses mots pour exprimer sa protestation contre non seulement l’exclusion de l’opposition des législatives mais aussi les pratiques de gestion du pays par le régime du Président Talon.

«Non à l’exclusion», «Pas d’élection sans l’opposition», «Libérer la justice», «Talon ! Des milliers d’emplois perdus», «Non à la vassalisation des institutions», «la démocratie en péril», «Le pays va mal», «Nous avons faim», «Non aux lois d’exclusion» ont écrit et scandé jeunes, étudiants, femmes, licenciés, syndicalistes et acteurs politiques, tout au long du trajet.

Les élections à bonne date

En résumé à l’arrivée, le secrétaire exécutif national adjoint du parti FCBE, Théophile Yarou, indique qu’ils ont marché contre un régime, contre un système d’oppression, d’exclusion. «Non à l’exclusion ; du jamais vu dans notre pays.» affirme l’ancien ministre de la défense de Boni Yayi. A ses dires, l’opposition réclame la délivrance sans délais des récépissés aux partis.

«Nous avons marché pour donner un avertissement au gouvernement et au Chef de l’Etat ; pour dire notre désapprobation de cette volonté d’exclure l’opposition ; pour leur dire notre attachement aux élections crédibles, transparentes et inclusives » dira le premier vice-président de l’Assemble nationale, Eric Houndété.

Lui qui a porté les propositions de l’opposition au président de l’Assemblée nationale ce lundi, confirme l’exigence relative à la délivrance des récépissés. «Immédiatement, il faut délivrer aux partis leurs récépissés» a-t-il martelé. «Les élections doivent se tenir à bonne date» ajoute-t-il.

14 Commentaires

  1. Talon pense qu’il connait les Béninois qu’il peut les acheter tous mais il s’est trompé. Quand le Béninois se fâche rien ne peut l’arrêter. Gouvernement de bande de voyou et ce bandit de DJOGBENOU qui l’a mis à la cour Constitutionnelle? Nous ne voulons avoir un pays comme le Togo, Gabon et autres. Sortez et **** les!!

  2. Félicitation et du courage pour la suite car trop c’est trop, il faut des marches pacifiques pour ralentir l’allure du pilot AIR BENIN LINE mon PR TALON Patrice

  3. Dieu seul sait combien…de barbouzes..étaient infiltrés..parmi les marcheurs..

    Nos amis rupturiens du forum…qui émargent grasseusement…à la marina..devaient etre identifés…mis à poils…et traités..comme il le faut

    yayi et soglo…qui ont été chefs d’etat..savent comment celà se passe…et c’est pourquoi..pour leur sécurité..ils n’ y étaient pas..

  4. c’est ça le peuple avec nous. A l’heure place je vais arrêter d’organiser des marchés c’est une honte je croyais que la ville sera noir de mon de kouhounou à djeffa

    • Mon frère, vous êtes doté d’une vision que vous prenez du plaisir à détourner. Prenez votre mal en patience.
      Il y aura une marrée noire de la Place de l’Etoile Rouge non pas vers Djeffa mais vers la Marina pour déloger que dis-je dégager celui qui en devenu non pas l’elu, mais le squatteur. S’il ne prend vite les bonnes décisions il sera le premier pr élu chassé du pouvoir.

  5. Une étape vient d’etre franchie hélas.
    Sans délais, Talon doit demander la suspension, voire l’abrogation des textes querellés et l’application de la loi électorale et de la charte des partis politiques en vigueur jusqu’aux législatives passées.

    • Le mouvement gagnera en intensité. La protestation du jour porte le sceau des FCBE loin du fief de leur chef. Que donneront les appels à manifester venant de la RB, de l’USL de RE ou de l’ensemble de ces partis?

      • Si Talon n’arrivait pas à désamorcer la crise, j’ai de fortes craintes que les manifestants le déloge de la marina. Je ne souhaiterais pas cette dernière situation.

  6. Agadja vi héloué…monwé..héloué…christelle héloué…allomann…héloué…vive..héléoué….franck héloué…fido héloué…patriote…héloué….

    Et j’ajoute ma touche..personnelle…”adjoto”…azéto…!!!

    J’ai dit..piam….!!!..et puis il na’ rien…

  7. De quoi ont ils peur vraiment ? La criet n’existe plus lol? Même les lois bidons ne peuvent pas vous couvrir, ce n’est que le début et on y est… Just wait and taste…

  8. L’opposition doit savoir ce qu’elle veut. La Question à présent ce n’est plus les récepissés ou certificat de conformité pour aller aux élections. Il s’agit d’abroger toutes les lois scélérates en matière électorale et se repêcher sur l’ancienne loi et Code électorale pour aller aux élections. Si réforme il y a elle pouvait se faire après sur Consensus qui a Valeur constitutionnelle.
    Que Talon cesse de diviser et de manipuler le peuple pour des fins non avouées.
    Sous un régime présidentiel, le président n’a nul besoin d’une majorité parlementaire pour conduire sa politique, si celle-ci a pour but intégral l’intérêt général et rien d’autre.
    Et s’il arrivait que des parlementaires décidaient à se mettre au travers de sa politique, le peuple qui l’a élu le soutiendra, se mettra à ses côtés pour réaliser l’intérêt général.
    C’est cette volonté de recourir á une majorité parlementaire dite majorité de la mouvance qui divise et qui brouille les cartes et permet la réalisation d’un objectif camouflé personnel qui est à l’antipode de la démocratie. Le peuple le combattra avec la dernière vigueur quand à déposer le président qui aura ainsi trahi son serment.

    • Chasse le naturel, il revient au galop. Tout le monde sait celui qui est Talon avant d’être élu par la force des choses PR du Bénin. Ce dont il ne peut jamais se démarquer. ce sont les manipulations et les pseudos ruses propre à une catégorie de dis opérateurs économiques, en réalité une……fia

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom