Le siège du domicile de l’ancien président Boni Yayi par les policiers, continue à Cadjêhoun de même que l’interdiction de visite. L’ex chef d’Etat Nicéphore Soglo s’est vu refuser l’accès au domicile de Yayi lundi dernier. Dans un communiqué de sa cellule de communication publié ce jour, l’ancien président Nicéphore Soglo fait constater que pour une énième fois, «il s’est heurté à l’impressionnant dispositif dressé par des hommes en uniforme sur les lieux empêchant l’accès dudit domicile au quartier Cadjehoun de Cotonou», lundi dernier.

Il a pris à nouveau acte de ce traitement infligé à l’ancien président de la République Boni Yayi. Et compte rendre compte ses pairs de la Coalition mondiale pour l’Afrique. Car, ce sont eux qui ont saisi à nouveau le président Soglo dans le cadre des initiatives en vue d’une sortie de crise.

Soglo rappelle au gouvernement sa responsabilité

En attendant de faire ce compte rendu à ses pairs, Nicéphore Soglo fait remarquer que «le renouveau démocratique mérite mieux que le désolant spectacle auquel nous nous livrons actuellement en face du monde avec déjà plusieurs enfants de ce pays tués dans des affrontements impliquant l’armée nationale». Selon le communiqué, les manifestations populaires réprimées dans le sang et la désolation ainsi que le rejet des populations de ce que tout «le monde appelle désormais un recul démocratique sans précédent témoignent de la résistance contre ce projet néfaste pour la démocratie dans notre pays et dans toute l’Afrique». C’est pourquoi le président Soglo rappelle au gouvernement sa responsabilité à garantir le respect des libertés individuelles et surtout la paix dans le pays. Il l’invite donc à lever «toutes les restrictions décrétées sans jugement à l’endroit du président Yayi Boni».

Pour rappel, il y a quelques jours le président Soglo, suite à un pareil refoulement aux portes du domicile du président Yayi Boni s’était rendu à la Direction générale de la police républicaine avant de joindre le chef de l’Etat, Patrice Talon lui-même au téléphone afin de se plaindre de ce blocus policier imposé à un ancien chef d’Etat, à sa famille, ses avocats, son médecin et ses proches en général.

Voir les commentaires
Loading...

11 Commentaires

  1. Vous saviez les deux sont de conivence celà ne date pas d’aujourd’hui n’oubliez pas les dix ans de pouvoir du pyromane la Rb était une opposition déguisée et voilà les preuves aujourd’hui

  2. Oui oui, il faut rendre compte si tu es sûr que c’est à la demande de ceux là que tu veux te rendre chez BONI YAYI. rendre compte fidèle.

  3. Je ne sais pas ce que raconte le vieux Soglo qui ____
    Remercions le président Talon pour ce traitement de faveur.
    Mais; Soglo n’est pas son parent pour lui rendre visite ??
    Il restera en prison chez lui jusqu’à sa vieillesse et rien ne se passera
    Je reviens
    Le Plombier

  4. Et dire que des ministres de la République et autres hommes publics disent à la face du monde que Yayi est « libre de ses mouvements, il peut aller et venir, recevoir toutes les visites ». Tchikoiiii. C’est nauséabond tout ce spectacle. Pauvre Bénin qui ne mérite pas cela.

    • Moi…je vois le bon coté des choses…

      Yayi sait…les épreuves font partie de la vie et les périodes fastes aussi..

      Le bon coté..c’est que le peuple beninois…sait qui est qui dans ce pays….et ça…c’est un acquis

      En effet..il y a trois ans…les gens avaient des doutes…sur certaines postures…mais …tout est clair maintenant

      • Exactement et bien dit frangin. les Béninois ont compris leur erreur monumentale en 2016. Mais la fin pitoyable approche.

        • Vous parlez de quels Béninois? A moins que ce soit des brigands qui rêvassent encore d’impunité pour poursuivre le bordel dont ils avaient bénéficié dix ans durant

    • amoussou le premier conseiller la sale femme de baname. sans compter quelques charlatans.le moment venu tous vont regreter. in cha Allah

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom