La polémique aura donc eu raison des ambitions de Kim Darroch. L’ambassadeur britannique aux États-Unis, épinglé pour ses propos offensifs à l’encontre du gouvernement Trump et du président lui-même a préféré se retirer avant qu’il ne soit trop tard. Il faut dire que depuis deux jours, son nom est entendu un peu partout.

Loading...

S’il a reçu le soutien de Theresa May, Darroch est subitement devenu le nouvel ennemi du président américain qui n’a pas hésité à qualifier d’idiot ou encore, d’homme qui causait du tort à son pays. Cette situation elle, a été rendue possible après qu’une série de mémos diplomatiques dans lesquels il tenait des propos franchement peu reluisants à l’égard de l’exécutif américain et du pensionnaire de la Maison-Blanche, aient fuité dans la presse.

Kim Darroch, poussé à la démission

Face à la tempête, ce dernier a décidé de prendre ses responsabilités. Ainsi, c’est via une lettre qu’il a directement adressée à Simon McDonald, le représentant des services diplomatiques britanniques, qu’il a annoncé son intention de quitter son poste. « Depuis la fuite de documents officiels provenant de cette ambassade, il y a eu beaucoup de spéculations sur mon poste et la durée de mon mandat d’ambassadeur. Je veux mettre fin à cette spéculation. La situation actuelle m’empêche de remplir mon rôle comme je le souhaiterais ».

Il faut dire que dès les premières révélations entourant ces fuites, le gouvernement américain a été très clair, assurant qu’il n’aurait plus aucun contact avec le diplomate. Une annonce qui l’a poussé à revoir ses plans et ses ambitions, préférant passer la main plutôt que de mettre Londres dans l’embarras. Une décision courageuse, saluée par la première ministre mais aussi par Jeremy Corbyn, chef de l’opposition, qui a souligné le travail et le service de qualité rendu par ce dernier. Une décision qu’a toutefois refusé de commenter Boris Johnson, annoncé comme le futur Premier ministre britannique.

Une enquête ouverte

Une enquête a également été ouverte par Londres. Celle-ci devrait permettre d’en apprendre un peu plus sur la façon dont le Mail on Sunday a réussi à se procurer ces rapports confidentiels. La justice a d’ailleurs confirmé qu’elle n’écartait aucune piste et qu’absolument tous les moindres détails seront décortiqués afin de découvrir qui a osé trahir le secret diplomatique et surtout, plonger la Grande-Bretagne dans une situation conflictuelle, de tension diplomatique, avec l’allié et ami Américain.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom