Les États-Unis continuent de marquer l’Iran à la culotte. Alors que l’embargo sur les armes imposé à l’Iran depuis des années devrait expirer en 2020, les États-Unis appellent l’ONU à le prolonger. Les États-Unis, la Chine, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et la Russie avaient en effet signé avec l’Iran un accord de non-prolifération nucléaire en 2015. A la veille de la levée des sanctions, les USA se rebiffent.

Loading...

L’accord de 2015 bientôt révolu

Dans cet accord, la République islamique s’engageait à adopter un programme nucléaire essentiellement civil et à ne pas se doter de l’arme atomique. De son côté, la communauté internationale s’engageait à lever l’embargo sur les armes en 2020 et celui sur les missiles à portée nucléaire en 2023. Mais l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche a modifié la donne. Les États-Unis se sont retirés de cet accord et ont réactivé les sanctions contre l’Iran. Aussi l’Iran a-t-il relancé son programme d’enrichissement d’uranium.

Les Etats-Unis décidés à empêcher la levée de l’embargo

Les Etats-Unis tiennent à forcer l’ONU à prolonger cet embargo sur les armes conventionnelles et l’interdiction de voyager pour 23 iraniens. L’envoyé spécial des États-Unis pour l’Iran Brian Hook déclarait à New-York : « Nous pensons que le Conseil de sécurité a un rôle important à jouer pour faire en sorte que l’embargo sur les armes et l’interdiction de voyager soient prolongés. » L’interdiction de voyager concernent particulièrement Ghassem Soleimani, chef de la Force Qods, la branche chargée des opérations extérieures des Gardiens de la révolution iraniens. Les américains comptent bien peser dans la balance de tous leurs poids pour empêcher la levée de cet embargo.    

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom