photo d'illustration vaccin

La réunion annuelle des directeurs des Programmes élargis de vaccination (Pev) des pays de l’Afrique de l’Ouest tenue cette année à Cotonou, relance visiblement les différents acteurs dans une synergie pour l’amélioration du taux de couverture par pays et d’atteindre les objectifs dont la lutte efficace contre les maladies évitables par la vaccination.

A Cotonou, les trois jours d’échanges des gestionnaires des programmes de vaccination en Afrique de l’Ouest ont permis d’analyser les causes du taux encore élevé du nombre d’enfants non atteints pas ces programmes et de planifier les actions correctives dans le contexte de l’agenda 2030 de la vaccination, l’agenda mondial de transformation, le plan de transition de la poliomyélite, etc. C’est du moins ce que témoigne le représentant des participants.

Il y a eu des communications sur la planification axée sur l’équité, la mise en œuvre des activités de vaccination avec l’implication de la communauté, la disponibilité des vaccins, la mobilisation de ressources domestiques, la gestion des données, la surveillance des effets secondaires de la vaccination, la gestion des cas de réticence, etc.

« Beaucoup de résultats obtenus »

«Il y a eu beaucoup de résultats obtenus», a témoigné le directeur de cabinet du ministre béninois de la santé, Dr Pétas Akogbéto, à la clôture, jeudi 26 septembre dernier, de cette réunion annuelle des directeurs des Programmes élargis de vaccination (Pev) des pays de l’Afrique de l’Ouest pour le compte de l’année 2019.

A ses dires, il y a eu un « consensus sur les changements stratégiques et problématiques clés à opérer  dans  les pays pour améliorer les performances du Pev », de même pour la mise en œuvre de la feuille de route de la déclaration d’Addis-Abeba pour le reste de l’année 2019 et pour 2020. A ses dires, il y a eu également la mise à jour sur les nouveaux développements dans les différents domaines du Pev et les informations utiles sur les documents stratégiques, les nouvelles orientations et recommandations des instances locales et régionales.

La réunion a permis aussi de « définir des priorités au niveau de chaque pays », à en croire le directeur de cabinet. Son souhait est que ces priorités soient vraiment mises en œuvre. « Nous devons aller plus loin, plus loin dans l’engagement, plus loin dans les indications, plus loin que innovation », se sont engagés les participants.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom