Casimir Kpédjo, capture sikka tv

Sous l’actuel régime, plusieurs entreprises d’Etat sont mises en concession ou sous gestion déléguée. Et les sociétés choisies pour remplir ces contrats viennent pour la plupart d’Europe. Une chose que ne digère pas le journaliste spécialiste des questions économiques Casimir Kpédjo.

Invité hier vendredi 25 octobre sur le plateau de 100% Bénin de Sikka Tv, l’homme s’est d’abord opposé au vocable “gestion déléguée”. Pour lui, ce que fait le régime actuel est une privatisation des sociétés d’Etat. « La racine de la privatisation, c’est la cession au privé. La cession part du 100 ième de pourcentage. 0, 001% que vous cédez au privé, vous êtes déjà en train de privatiser » a martelé le journaliste qui assure que personne ne bernera un intellectuel avec des vocables comme gestion déléguée.

Lisez l’article 98 de la Constitution!

Il fait par ailleurs remarquer que la dénationalisation de sociétés d’Etat n’incombe pas au conseil des ministres. A l’en croire, l’article 98 de la loi fondamentale dit clairement que la nationalisation et la dénationalisation d’entreprises et des transferts de propriétés d’entreprises du secteur public au secteur privé, relève du ressort de la loi. Il ne revient donc pas au conseil des ministres d’en décider.

Gestion déléguée au Bénin : Jacques Paradis , nouveau directeur de la Sbee 

C’est à l’Assemblée nationale de légiférer dans ce sens, soutient-il. « On ne peut jamais avoir dans un pays sérieux et démocratique, ce qui s’est passé entre 2016 et 2019 » ajoute Casimir Kpédjo. Rappelons qu’au Bénin, la Société béninoise d’énergie électrique, l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin de Cotonou, le port autonome de Cotonou et le parc national de la Pendjari sont mis en concession ou sous gestion déléguée.

Voir les commentaires

8 Commentaires

  1. Jojo ,dodjivi , en tous son passage devant votre criet ne l’a pas fait taire , je dis à kpèdjo bravo , tiens bon , dis nous tout , dénonce nous la carence de ce régime de pieds nickelés et de bras cassés

  2. Il a appris l’économie dans quel pays cet ignare qui confond tout. Pardonnez lui, car il ne comprend même pas ce qu’il raconte lui-même..Viens on va t expliquer la différence entre gestion déléguée et privatisation. Apparemment ce Monsieur n’a pas été suffisamment à l’école pour appréhender ces subtilités qui le dépassent. Pauvre Benin avec des journalistes de ce bas niveau de culture

  3. On lui concède son ignorance. Il a une mauvaise lecture de l’article de la constitution qu’il cite
    Voilà un soir disant journaliste spécialisé dans je ne sais quoi qui fait juste de la figuration
    Pauvre de mon pays auparavant quartier latin de l’Afrique aujourd’hui désert de compétence
    Je passais
    Le Plombier

    • Un peu d’objectivité Joeleplombier okay. Il s’agit du patrimoine Béninois notre bien commun qui est en cause.
      Vous allez en souffrir et vous ne pouvez rien faire n’est-ce pas du mépris envers 65% de vos électeurs qui ont le sentiment aujourd’hui qu’ils ont fait un mauvais choix en 2016 triste pour mon pays et quel gâchi.

      • Hein !!! Gibo
        Ce sentiment de regret du choix de Talon est la manifestation de votre étroitesse d’esprit
        Je pense qu’il vous faut des lunettes pour bien voir et également un retour au pays pour vous rendre compte des réalisations du président
        Le pays a changé, s’est métamorphosé, on y vit mieux et bien qu’avant.
        Les Beninois sont heureux et le pays avance
        Il n’y a qu’une minorité à qui Talon a ôtée de la bouche le biberon du vol et de la corruption qui s’agite via les médias et réseaux sociaux
        Ils vont en souffrir mais ils ne peuvent rien faire
        Je passais
        Le Plombier

      • GIBO Tu sais tout ces crimes que tu as commis en étranglant les jeunes du PCD au petit palais entres autres. Tu t’en souviens bien. Tu seras rattrapé et tu paieras. Le Canada va te rapatrier. Tu ne seras pas sûr
        Pour le comité des patriotes rapides et applicateurs des décisions de la conférence

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom