Entre le parlement, la Cour constitutionnelle et la présidence de la République, les choses vont désormais très vite. Jeudi dernier, on annonçait que le nouveau code électoral voté au petit matin par l’Assemblée nationale avait déjà été validé dans la soirée par la Cour constitutionnelle.

Hier vendredi 15 novembre, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement,informe que ce texte a été promulgué par le président de la République Patrice Talon. C’était au cours d’une conférence de presse. Signalons que c’est la troisième loi que le numéro 1 béninois promulgue en l’espace de quelques semaines.

Lors de cette sortie médiatique, Alain Orounla a indiqué que ces « trois lois fondamentales viennent consolider l’arsenal de réforme de notre système partisan mis à mal par la difficulté que certaines formations politiques ont eu à participer aux dernières élections ». Ce qui a d’ailleurs inspiré le président pour inviter les partis au dialogue politique « dont les recommandations ont été vulgarisées » ajoute t-il.

Des complications d’ordre administratif qui ont été revues et corrigées »

Le porte-parole du gouvernement a par ailleurs évoqué la loi modifiant et complétant celle portant charte des partis politiques. Pour lui, elle n’apporte pas ou n’appelle pas beaucoup de commentaires puisque les participants au dialogue politique se sont essentiellement plaints de difficultés qu’ils éprouvaient pour remplir les conditions devant leur permettre d’aller à la compétition électorale.

Bénin: la Cour valide le code électoral voté

« Des complications d’ordre administratif qui ont été revues et corrigées » de son point de vue.   Les trois lois promulguées par Patrice Talon entre le 1er octobre et le 16 novembre sont : la loi portant révision de la Constitution, la loi modifiant et complétant celle portant  charte des partis politiques et la loi portant code électoral en République du Bénin.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom