Malgré la guerre commerciale frappant la Chine et les sanctions imposées par Washington à son encontre, Huawei reste une société débordant d’ambition. Récemment interrogé par les journalistes de la chaîne CNN, le PDG du géant de la technologie, Ren Zhengfei, a ainsi affirmé qu’il ne voyait pas comment sa société ne pourrait pas devenir le numéro 1 mondial du secteur de la téléphonie.

Une situation aujourd’hui difficilement imaginable. En effet, Huawei dépend encore de Google et de son système Android que Washington a décidé de lui couper. Résultat, la société chinoise se retrouve sans réel système d’exploitation. Toutefois, les ingénieurs de Huawei semblent avoir tout prévu et Zhengfei a confirmé qu’un plan B massif était actuellement en train d’être développé afin de permettre à Huawei de définitivement se passer des services du géant Américain.

Huawei se prépare à toutes les possibilités

Un entretien qui semble confirmer que les ambitions débordantes de Huawei n’ont été qu’à peine ralenties par les sanctions américaines. D’ailleurs, d’ici à ce que Huawei déploie son plan B, la firme pourrait bien finir par renouer des liens avec Google, le géant du web ayant déposé une demande auprès du département américain du Commerce afin de récupérer sa licence en vue de commercer et offrir ses services au groupe chinois. Toutefois, l’heure est à l’optimisme, Microsoft ayant obtenu le feu vert des autorités afin d’inclure ses logiciels dans des produits Huawei.

HarmonyOS, plus tôt que prévu ?

En revanche, Zhengfei et Huawei semblent se préparer à une réponse négative. Si le PDG du groupe a évoqué un plan B, sans donner davantage d’explications, Huawei pourrait être tenté de déployer plus rapidement que prévu son système d’exploitation maison, HarmonyOS. 

Huawei : Les sanctions de Donald Trump n’ont pas freiné le groupe chinois

Leader sur le marché chinois, affichant une croissance à deux chiffres depuis, et ce, malgré les sanctions américaines, à la pointe de la technologie avec sa 5G, Huawei reste une marque adorée des consommateurs et notamment en France où les smartphones chinois occupent la seconde place du marché, derrière Samsung.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom