Oliver Nette, le diplomate allemand représentant  résident de l’Union Européenne chez  nous, a été déclaré persona non grata et  sommé de quitter le territoire national avant le dimanche  1er décembre. Décision inédite à laquelle aucun gouvernement n’a eu recours depuis le début du Renouveau démocratique. Au moment où nous écrivons ces lignes, les jeux sont déjà faits et le diplomate reconnu pour son « parler direct » doit avoir quitté le Bénin.

La nouvelle de ce « renvoi » aussi brusque qu’inattendue, distillée à doses homéopathiques d’abord sur les réseaux sociaux le mercredi 27 novembre dernier a été aussitôt confirmée par  des sources anonymes du Ministère des Affaires étrangères qui ont parlé tour à tour « d’ingérence grave » dans les affaires intérieures du Bénin et même de « subversion ».

Pour sa part, Aurelien Agbénonci, le chef de la diplomatie du gouvernement de la Rupture a édulcoré le discours officiel sur la chaîne de radio allemande, la Deutsche Welle, en déclarant qu’il ne s’agit pas «  d’expulsion » mais de « retrait d’agrément ». 

Une sorte de rétropédalage qui n’enlève rien à la volonté affichée par le gouvernement de notre pays de mettre une sourdine à l’une des seules voix discordantes du milieu diplomatique susceptible de constituer un encouragement à toute velléité d’engagement citoyen pour la défense de la démocratie

En vérité, arrivé au Bénin en fin d’année 2017, Oliver Nette  qui dans une vie antérieure dirigeait le « pôle élections » au siège de la commission a annoncé les couleurs de  sa mission, dès la présentation de ses lettres de créances. Désormais, a-t-il laissé entendre «  nous voulons travailler avec le Bénin sur des sujets un peu plus politiques ».

Ainsi, le coordonnateur des politiques de développement de l’Union européenne chez nous  est dans son rôle aussi bien, lorsqu’il va au contact des populations cibles des projets initiés dans le cadre de sa mission que dans les rencontres périodiques avec les Ong et les médias. C’est une tradition bien établie chez les diplomates étrangers de rencontrer périodiquement les responsables des ong, des médias, des partis politiques et les leaders d’opinion que sont les autorités religieuses et autres.

Ce qui leur permet d’avoir une vue plus équilibrée  et plus diversifiée des réalités du pays pour mieux accomplir leur mission. De ce point de vue, Oliver Nette  a été le témoin privilégié des développements scabreux de l’actualité nationale depuis le vote des lois controversées sur le code électoral et la charte des partis, jusqu’au fameux  dialogue exclusif en passant par les élections législatives non inclusives qui ont débouché sur le parlement monocolore. Il a vu se désagréger devant ses yeux cette démocratie béninoise tant vantée à l’extérieur dont les piliers traditionnels sont progressivement  tombés sous les coups de boutoir du régime de la Rupture : le système judiciaire, les médias et la société civile.

Il ne manquait aucune occasion pour exprimer ses vues sur les dangers qui guettent la démocratie béninoise, aussi bien lors des revues trimestrielles  de la politique de coopération organisées avec les autorités gouvernementales que devant les responsables des organisations de la société civile et des médias.

Dans le cas de la mesure inique d’interdiction de parution infligée à notre quotidien La Nouvelle Tribune le diplomate européen s’est rapproché du président de la précédente mandature de la Haac  à plusieurs reprises, au point où ce dernier a parlé de «  pressions énormes » exercées indûment sur lui. Déclaration faite au cours de l’audition mémorable du directeur de la publication du journal.

Preuve s’il en est que les prises de position  du diplomate agaçaient. D’autant qu’au sortir de chaque audience, il répétait à l’envi, devant cameras et micros, le même leitmotiv que lors de ses déjeuners avec les responsables des médias : « la liberté de presse  est un pilier essentiel de la démocratie et  il convient pour la préserver de laisser toutes les opinions s’exprimer».

Ce sont les déclarations  de ce genre que le pouvoir considère comme subversives autant que sa volonté de revoir à la hausse le concours de son institution  au financement des Ong, afin de les aider à mieux assurer leur mission de veille citoyenne. Ce financement n’a rien de confidentiel ni de séditieux puisque certains des politiciens  actuels, transfuges notoires de cette société civile si fortement politisée avaient bénéficié grassement de cette manne financière sinon, ils n’auraient pas réussi leur plaidoyer tonitruant en faveur  de la fameuse Lepi qui a abouti à ce K.O mystérieux de triste mémoire.

Au regard de ce qui précède on peut conclure sans risque de se tromper qu’en prenant cette décision  spectaculaire d’expulsion d’un diplomate profondément attaché à la promotion des valeurs démocratiques, le gouvernement de notre pays donne la fâcheuse impression de sa préférence pour les mesures autoritaires. Une preuve de plus que l’apaisement qu’il prône du bout des lèvres sur le front intérieur n’est qu’un leurre.

Voir les commentaires

23 Commentaires

  1. Moi je ne vous comprends pas,il n’EST quand meme pas le soul ambassadeur au Benin,donc c’est sûr qu’on Lui reproche quelque chose

  2. Oliver Nette va revenir bientôt. Honte auront ces Klėbės maudits de Joeleplombier, Agadjivivi, et autres sans cerveau
    Des manipulés.

    • Donc si je t’écoute l’ue va imposer un diplomate au Bénin avec qui le courant ne passe pas. Vous êtes vraiment des abrutis sur ce forum. L’ue est intelligente et ne fera que normaliser sa relation avec le Bénin

  3. Qu’est-ce qu’un plombier connaît de l’écriture ? Vincent Foly n’est pas klébé !!! Il est un journaliste de haut vol et d’une longue expérience !

  4. Fofo Vicent ; ho nou joué
    C’est affligeant votre posture
    Dire que que j’avais de l’estime et la considération pour vous
    Honte à vous
    Je passais
    Le Plombier

  5. Tout se saura un jour. On n’est pas pressé du tout prenez votre temps mélangez tout, rompez tout, mangez, volez, trichez, envoyez ceux qui ont des opinions contraire en prison, mais ce qui est sûr… Un jour viendra où tout ça prendra fin et on va savoir qui était qui et qui est devenu quoi. Vous n’aurez que vos Bouches pour dire des salades, bande de crapule klébétique lol… ….

  6. Oui le comportement de ce régime affirme ces qualificatifs, ” Dictature et Népotisme ). Un peuple martyrisé, réduit à se taire, terrorisé et j’en passe.
    Un jour, je dis bien un jour cela prendra fin. Car tout ce qui commence à sa fin.

  7. Le Bénin tristement révélé! Parti unique ré-instauré, droits de l’Homme mis au placard, libertés de presse et d’opinion en berne. Oliver Nette a été un témoin indigné de tout cela. Lui retrait de son agrément est la preuve par A +B que ce gouvernement considère le Bénin comme la propriété privée d’un individu qui, de toute évidence, préside le pays comme au siècle dernier. Le Bénin d’aujourd’hui n’avance que dans le développement et la promotion de la ruse et de la rage. De graves entorses sont infligées aux articulations de l’appareil politique et des plaies béantes sont apparues dans le tissus social. Toute la destinée économique se retrouve aux mains d’un clan qui gravite autour d’un empire financier privé. Par la volonté des v.o***.s de l’Etat, Olivier Nette n’est certes plus diplomate au Bénin (tristement révélé). Mais il restera le symbole d’une diplomatie engagée qui refuse de se soumettre au nom du sacro-saint droit de réserve et d’être complice de l’arbitraire et de la barbarie d’un homme parvenu. Nul doute que Olivier Nette, rageusement expulsé du Bénin, se donnera encore plus de latitude pour rapporter à Bruxelles, sans réserve, la souffrance morale et psychique du quartier c.r.***i.n de l’Afrique. C.r.****n pour avoir fait le pire des choix en 2016!

    • Arrêtes de chouiner. Si le Benin était dans une situation aussi cauchemardesque que tu le décris ça se saurait. Votre petit diplomate s’est vu trop beau et il en a fait les frais. C’est aussi que simple. On ne vient pas chez quelqu’un pour ensuite pretendre lui dicter la façon dont il a à tenir sa maison. C’est non seulement de la subversion mais de l’irrespect. Vincent Folly peut raconter ce qu’il veut. D’ailleurs, il en mission pour tenter de voler au secours d’un soit disant ami de la presse. Mais le coup est deja parti et ça ne changera rien au sort de votre petit diplomate allemand.

  8. Que ces gens là cessent de vouloir donner des leçons de démocratie à tout le monde…..il n’a qu’à aller opérer de sorte en Corée du Nord et nous verrons ce qui adviendrait de sa tète de donneur de leçon. Trop facile de faire le beau avec les pays africains…..

  9. Que ces gens là cessent de vouloir donner des leçons de démocratie à tout le monde…..il n’a qu’à aller opérer de sorte en Corée du Nord et nous verrons ce qui adviendrait de sa tète de donneur de leçon. Trop facile de faire le beau avec les pays africains…..qu’il aille se faire f**tre.

  10. Quand on a de la mémoire et de la cohérence interne, on comprend bien que ce diplomate averti n’a rien fait de nouveau, il a fait son travail. Le régime de la rupture à l’art de détruire toutes les échelles qu’ils ont utilisées pour venir au pouvoir. Aujourd’hui, ils diabolisent tout et tout, commençant par les exilés politiques, qu’ils ont été aussi, la société civile dans laquelle ils ont été, l’opposition, qu’une partie d’entre eux avait faite, et allant aux médias qui jadis les soutenaient! Ils veulent détruire tous ces maillons de la société béninoise… Régner seul en maître et pour toujours, voilà leur seul plaisir! Ils auront du mal à rester dans ce pays quand ils quitteront le pouvoir, même qu’ils ont le pouvoir financier! Ils agissent actuellement comme s’ils descendent directement du ciel !!!

    • ce diplomate a manqué de droit de réserve dans sa fonction et il le sait.vous voyez le consul ou l’ambassadeur du Bénin allez voir les gilets jaunes ou melanchon dans les affaires interne de la France . Il a oublié qu’ Il n’était qu’un diplomate remplaçable

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom