Cour suprême des USA : le candidat de Trump accusé d’agression sexuelle

Cour suprême des USA : le candidat de Trump accusé d’agression sexuellePhoto : AFP/Getty Images/Mandel Ngan

Aux Etats-Unis, la nomination du juge Kavanaugh à la Cour Suprême peut-elle être remise en cause par ces nouvelles accusations d'agression sexuelle ?

En Angleterre, Trump torpille Theresa May dans la presse

La nomination du juge Brett Kavanaugh, candidat désigné du président américain Donald Trump dans la course à la Cour suprême va-t-il pouvoir siéger ? Si tout laissait penser que oui, depuis quelques jours la situation semble avoir quelque peu évolué. En effet, de nombreuses rumeurs faisaient état d’un témoignage racontant une histoire datant des années 80. À l’époque, Kavanaugh, encore lycéen, aurait agressé une jeune femme. 

Le nom de l’accusatrice, révélé

Si ces rumeurs se sont vite répandues, celles-ci n’ont été officialisées que ce dimanche, lorsque le Washington Post a obtenu un entretien avec la victime présumée, Chistine Blasey Ford, 51 ans, professeur de psychologie à l’université. 

Dans les faits, à l’occasion d’une soirée étudiante, Kavanaugh, complètement ivre aurait agressé l’étudiante qui était dans le même lycée que lui dans une pièce. Fort heureusement, l’un de ses amis serait arrivé en sautant sur le lit sur lequel les deux se trouvaient, permettant à la jeune femme de se libérer et de foncer vers la salle de bain afin de s’y enfermer. Celle-ci quittera la soirée quelques minutes plus tard. Un récit qui pourrait causer énormément de tort à celui qui est en passe de siéger dans la plus haute instance judiciaire du pays.

Les démocrates peuvent-ils réussir leur pari ?

Mais alors, pourquoi n’en parler que maintenant ? Selon son récit, Christine Blasey Ford n’a commencé à parler de cette histoire à ses proches, qu’à partir de 2012, à l’occasion d’une thérapie de couple entamée avec son époux. Assurant avoir été traumatisée durant de nombreuses années, celle-ci a également envoyé au Washington Post les notes écrites à l’occasion de ses séances, notes dans lesquelles elle invoque une « tentative de viol ». 

Consciente de son devoir patriotique à l’orée d’une nomination d’une telle importance, celle qui se présente comme Démocrate a estimé qu’il était temps pour elle de vaincre ses angoisses et d’en parler ouvertement. Une attitude qui pourrait d’ailleurs pousser les sénateurs à décaler le vote au mois de novembre, voire décembre, à la suite des élections de mi-mandat. Une situation qui profiterait alors aux démocrates qui seraient en passe de reprendre le Sénat.

Candidat de Trump à la Cour suprême : une démocrate sollicite le FBI

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    The Atlantean Il y a 3 mois

    Veuillez lire obsédés sexuels.

  • Avatar commentaire
    The Atlantean Il y a 3 mois

    Ils sont tous deux des possédés sexuels. Le premier a vendu l’âme de son pays à la Russie pour de l’argent.